Le SEO dans la traduction

5 Oct 2015
Le SEO dans la traduction

Le SEO (search engine optimisation, ou référencement sur Internet) permet, au moyen de différentes techniques et outils, de faciliter la compréhension du contenu d’un site web par les moteurs de recherche, tel que Google. Grâce à cette optimisation, lorsqu’un utilisateur fait une recherche sur Internet, le moteur de recherche est en mesure de sélectionner les sites répondant le mieux à sa demande.

La présence en ligne des entreprises est un facteur majeur de leur croissance :

Site web traduit en plusieurs langues  +  Contenu web adapté à chaque pays cible

= Gros bénéfices pour l’entreprise, car elle met en avant ses produits et services à l’échelle internationale

 

Sans SEO, le travail de localisation d’un site ne suffit pas. En effet, si un utilisateur en France fait une recherche dans Google pour trouver un hôtel atypique en Grèce, cet hôtel doit avoir intégré au contenu de son site les mots-clés que ce Français utilisera. Par exemple, s’il recherche « hôtel + atypique + Grèce », les premiers résultats donneront des hôtels de charme ou romantiques, alors que cet internaute entendait peut-être par « atypique » un hôtel dans un ancien moulin ou une chambre dans un monastère orthodoxe.

La traduction SEO comprend à la fois la traduction d’un texte vers une autre langue et l’optimisation de ce texte pour le site web de l’entreprise dans un autre pays. L’association de ces deux éléments garantit la mise en place d’un site web entièrement accessible aux prospects étrangers en offrant une lecture facilitée pour les moteurs de recherche.

Fonctionnement et meilleures pratiques :

1) Sélection d’une série de mots-clés par l’entreprise (exemple, si l’entreprise est un hôtel : « hôtel pas cher », « hôtel de charme », « bien situé », etc.).

2) Traduction des mots-clés dans la langue des utilisateurs visés en s’assurant de la pertinence des mots-clés choisis. Le traducteur doit vérifier que les mots-clés traduits sont tout aussi bien référencés que dans la langue source : ces mots ne doivent pas être traduits littéralement, ils doivent être analysés et localisés en fonction du marché et de la langue cibles. L’outil Google AdWords permet notamment d’évaluer la pertinence d’un mot-clé dans Google, c’est-à-dire de déterminer les mots-clés les plus souvent utilisés dans les moteurs de recherche par les internautes.

3) Intégration des mots-clés traduits à la traduction du site web de l’entreprise : dans les titres, dans les images, dans les paragraphes, etc. Le traducteur rédige sa traduction en gardant à l’esprit les mots-clés choisis et en respectant certaines règles : par exemple, l’insertion de trop de mots-clés annule tous les efforts d’optimisation du contenu, car cela « embrouille » le moteur de recherche.

4) Ajout régulier de contenu, afin que le site soit constamment actualisé (au vu de la complexité relative des techniques de référencement, ce travail de SEO est généralement supervisé par un spécialiste du web).

 

La localisation d’un site web sans travail d’optimisation pour les moteurs de recherche est donc souvent insuffisante, car même si la traduction du site est excellente, il est possible que les internautes dans le pays cible ne soient pas dirigés vers la page du site lors de recherches sur les moteurs de recherche. Par ailleurs, arriver en tête des résultats des moteurs de recherche est primordial pour booster ses ventes. En effet,  le premier résultat d’une recherche « accumule 33 % des clics, […] les 3 premiers comptabilisent 62 % des clics et […] le top 10 totalise 91 % des clics »[1]. Ce travail de référencement peut sembler chronophage et fastidieux, mais il est aujourd’hui capital, à l’heure où tout se passe sur la toile.

 

[1] Le SEO en 2015 : toujours plus de concurrents, mais, toujours aussi peu de places sur le podium ! par Thomas Pansier (http://www.journaldunet.com/solutions/expert/60970/le-seo-en-2015---toujours-plus-de-concurrents--mais--toujours-aussi-peu-de-places-sur-le-podium.shtml)

Retour au blog principal
first