Le sous-titrage : quoi, comment, pourquoi ?

14 Apr 2016
Le sous-titrage : quoi, comment, pourquoi ?

Le sous-titrage est un procédé multilingue qui vise à afficher à l’écran la traduction synchrone de contenus audio. C’est la fameuse « version originale sous-titrée ».

Il s’agit de restituer fidèlement et convenablement le message initial, tout en respectant diverses contraintes de visibilité, telles que le temps d’affichage d’un sous-titre ou le nombre maximal de caractères autorisés.

 

Faire appel à un traducteur audiovisuel, c’est l’assurance de sous-titres adaptés et corrects. Ce professionnel chevronné, spécialiste du domaine abordé, respecte les mêmes règles que le transcripteur, à savoir :

  • La réalisation de recherches : le sous-titreur veille à la pertinence de la terminologie et du style du document original. En effet, le ton et le vocabulaire ne seront pas les mêmes pour un sport publicitaire ou une conférence. Comme pour toute traduction, le professionnel signalera toute différence culturelle, en vue d’une localisation optimale ;
  • Une écriture fluide et naturelle : pour un rendu optimal, les phrases devront être fluides et respecter les différentes normes de syntaxe en vigueur. Les tournures malheureuses, répétitions et autres expressions maladroites ne seront conservées que sur indication expresse du client ou si elles sont jugées nécessaires pour la bonne compréhension du texte ;​​ 
  • Une traduction de qualité : le sous-titreur a à sa disposition tous les outils et les manuels essentiels à la prestation d’un service linguistique de qualité. Il s’assure ainsi du bon respect de l’orthographe, de la grammaire, de la conjugaison et de la ponctuation dans la langue cible ;
  • La mention d’éléments non verbaux pertinents, tels que des sons, des rires ou encore un accent particulier. Généralement, ces indications sont mentionnées entre parenthèses et en italique, pour une meilleure compréhension.

À cela s’ajoutent :

  • Un souci de précision : en raison du peu d’espace disponible, les phrases doivent être courtes et concises, afin de ne pas submerger le lecteur d’informations et de faciliter sa lecture 
  • La cohérence de l’ensemble des sous-titres, du point de vue de la terminologie comme du style.​​
  • ​​​L’utilisation de timecodes, ou références temporelles, qui permettent d’intégrer de manière synchrone les sous-titres en bas de l’écran, afin d’éviter tout décalage.

Les avantages du sous-titrage sont multiples :

En effet, il s’agit d’une méthode simple et moins coûteuse que le doublage pour localiser un contenu dans une autre langue. Le script issu de la traduction permettra également de gagner en visibilité, tout en élargissant son public cible. Enfin, les logiciels de sous-titrage prennent en charge tous les alphabets, dans les deux sens de lecture.

 

Le saviez-vous ?

  • Pour l’alphabet latin, les recommandations actuelles préconisent de ne pas excéder 42 caractères par ligne, et deux lignes par sous-titres.
  • De même, la vitesse de lecture doit être inférieure à 21 caractères par seconde, afin de permettre au spectateur d’assimiler l’ensemble des informations, telles que la communication non verbale ou les éléments graphiques.
  • Enfin, certaines langues sont plus concises que d’autres. Le français, par exemple, utilise 10 à 20 % de mots de plus que l’anglais. C’est ce qu’on appelle le coefficient de foisonnement. Fort de son savoir-faire et de son expertise, le traducteur audiovisuel saura synthétiser l’information, sans la dénaturer.

 

Retour au blog principal
first