Accueil / Blog / L'écriture inclusive : tendance ou vrai nécessité ?

L'écriture inclusive : tendance ou vrai nécessité ?

L'écriture inclusive : tendance ou vrai nécessité ?


L’écriture inclusive : tendance ou vraie nécessité ?

Ce terme ne vous est pas inconnu, on parle beaucoup ces derniers temps en France mais pas toujours de manière positive. Si l’écriture inclusive fait parfois débat en France c’est parce qu’elle est souvent réduite au fameux point médian (par exemple redacteur.trice) contesté par beaucoup. Mais c’est mal connaître le sujet tant les possibilités d’écriture non sexiste sont nombreuses. Pourtant il s’agit d’un réel défi auquel les entreprises doivent faire face alors qu’elles n’en comprennent pas toujours les enjeux. Essayons d’y remédier ensemble.


Qu’est-ce que l’écriture inclusive ?

L’écriture inclusive appelée aussi langage non sexiste est un ensemble de recommandations pour rendre la langue plus égalitaire, pour inclure chaque personne indépendamment de son sexe. C’est un moyen de rédiger ou de s’exprimer en s’adressant à toutes les personnes, sans distinction de genre. En effet, si d’autres langues comme l’anglais sont beaucoup moins genrées par nature, ce n’est pas le cas du français. Et cette fameuse règle grammaticale « le masculin l’emporte sur le féminin » ainsi que de nombreux mots qui n’ont plus leur équivalent féminin, ont diminué la représentativité des femmes dans la langue française.

Il existe deux manières de pratiquer l’écriture inclusive :

- Représenter à la fois les hommes et les femmes en utilisant les deux formes un même mot (ex : « françaises et français ») ou en utilisant le point média (ex : « français.es »)

- Utiliser le langage épicène en utilisant des mots neutres qui ne donnent pas d’indication sur le sexe des personnes (ex : équipe, enfant, membre…)

Vous l’aurez compris, vous pouvez utiliser toutes les possibilités offertes par notre langue sans pour autant devoir utiliser le point médian qui pour beaucoup rend la lecture difficile.



Quels sont les impacts de cette pratique ?

Finalement à quoi bon utiliser la rédaction inclusive ? Aussi bien du côté des entreprises que des linguistes, la question se pose. Et bien souvent recourir au masculin lorsque l’on traduit de l’anglais vers le français reste la solution la plus simple et admise.

Seulement la problématique est bien celle de la représentativité. Inclure cette diversité de genre dans la langue c’est représenter aussi bien les femmes que les hommes. En effet, dès le plus jeune âge, employer des mots uniquement dans leur forme masculine comme « ingénieur », « développeur » entretient l’idée que ces métiers ne sont réservés qu’aux hommes et certaines jeunes filles ne vont donc pas s’autoriser à poursuivre ce type de carrière. Ce qui n’était qu’une simple règle grammaticale du masculin l’emportant sur le féminin crée l’illusion d’un sexe dominant qui influe sur les inégalités entre hommes et femmes. En effet, selon l’INSEE, il y a par exemple toujours 16,8% d’écarts de salaires en moyenne à poste, diplôme et ancienneté égales entre les femmes et les hommes.

Même si cela peut paraitre anodin, utiliser l’écriture inclusive a un impact réel et tangible pour évoluer vers une société plus égalitaire, qui ne favorise pas un sexe par rapport à un autre.

Si en France on réduit souvent l’écriture inclusive à la notion de genre, à l’international ce terme désigne plus largement le fait de représenter toute personne quel que soit son sexe, son âge, sa religion, ses origines…et de n’exclure aucune minorité.



Quelques conseils pour débuter facilement avec l’écriture inclusive

Si comme Powerling vous souhaitez que votre contenu reflète une vision de la société plus inclusive voici quelques conseils pour vous lancer :

- Lorsque vous désignez des personnes, veillez à les représenter de façon adéquate. Bien évidemment cela passe par l’accord en genre, en utilisant la forme féminine et masculine. Mais si on parle d’inclusivité au sens large, c’est aussi reconnaître l’humanité de chaque personne et ne pas la réduire à une caractéristique. Par exemple parler d’une personne ayant un handicap au lieu d’un handicapé.

- Si vous souhaitez éviter de doubler les mots dans leurs deux formes, utilisez des mots neutres pour désigner des personnes sans distinction de genre. Ex : la direction, l’équipe, le corps + adjectif

- Sensibilisez vos équipes aux enjeux de l’écriture inclusive. Bien souvent, les personnes n’ont pas conscience du pouvoir des mots et de l’impact du langage dans notre société.


L’écriture inclusive est loin d’être une tendance ou un effet de mode qui passera. Sa nécessité est réelle pour faire évoluer la société vers plus d’égalité et d’inclusivité ; et les entreprises ont toute leur part à prendre. Si dans d’autres pays comme les Etats-Unis, le langage inclusif est plus courant et perçu positivement, Powerling est déterminé à être acteur de ce changement en France et en Europe en accompagnant les entreprises à développer des contenus multilingues plus inclusifs.

Retour au blog principal