Accueil / Blog / Les 5 tendances à intégrer dans votre stratégie de contenu multilingue en 2023

Les 5 tendances à intégrer dans votre stratégie de contenu multilingue en 2023

Les 5 tendances à intégrer dans votre stratégie de contenu multilingue en 2023

Les 5 tendances à intégrer dans votre stratégie de contenu multilingue en 2023


Qui dit nouvelle année, dit nouvelle stratégie et plan d’action à mettre en place pour booster votre croissance aux 4 coins du globe. Pour vous y aider, vous pouvez compter sur Powerling qui a décrypté pour vous les prochaines tendances de la gestion de contenu multilingue identifiées par CSA Research.



1.    Une gestion globale et stratégique de la communication multilingue


Pour que les entreprises puissent rivaliser efficacement à l’échelle mondiale, elles doivent arrêter de gérer les données et contenus des différents services et pays de manière fragmentée et cloisonnée sous peine d’une insatisfaction client grandissante et d’une baisse de la productivité. Seule une approche centralisée, stratégique et interfonctionnelle de la gestion des langues permettra de garantir le succès d’une bonne communication multilingue. Pour ce faire, cela nécessite un réseau complexe de changements informatiques, linguistiques, juridiques et culturels pour garantir la cohérence des messages de la marque sur l’ensemble des pays, ainsi que la conformité aux lois locales sur l’accès aux langues.


Ce modèle à la vision plus globale est appelé LangOps (Language Operations) et vise à unifier les différents services, processus et technologies de l’entreprise au service d’une gestion de contenu multilingue plus efficace et stratégique. Il fonctionne de manière similaire à DevOps en fusionnant le développement de logiciels et les opérations informatiques, et en élevant le contenu global à un niveau stratégique.




Cette approche permet d'accroître la visibilité de la localisation et des équipes, processus, ressources linguistiques et technologies qui y travaillent. Elle exige également la fiabilité, la disponibilité, l'évolutivité et la sécurité tout au long du cycle de vie du contenu.  

2.    L’humain au cœur de la gestion de contenu multilingue


Les humains vont continuer à être des grands consommateurs de contenu écrit, audio et visuel, et ce dans des milliers de langues, chacune ayant ses propres dialectes, expressions, jargons et accents qui peuvent être difficiles à comprendre pour les locuteurs non natifs et la traduction automatique. De plus, les procédés littéraires et les figures de style tels que les métaphores, les comparaisons, l'ironie, le sarcasme et les jeux de mots compliquent aussi la compréhension.




C’est pourquoi, malgré les progrès et avancées de l'IA, les humains resteront un maillon essentiel et irremplaçable de la traduction, de la formation, de la gestion de contenu et communication multilingue. En effet, l’humain sait saisir les nuances les plus fines du langage et il est doté d’une intelligence créative qui fait toute la différence avec les intelligences artificielle dont les aptitudes ne peuvent être comparées à l’intelligence et aux comportements humains.

3.    Une expérience utilisateur ultra-personnalisée et hyper-localisée


Les web designers utilisent le terme « responsive content » pour décrire un contenu qui s’adapte aux besoins individuels du visiteur du site. Ce concept a été élargi à la notion de “responsive global content” pour inclure le lieu, la langue et les ressources utilisées pour offrir une expérience cliente pertinente et ultra-personnalisée.


Grâce aux données des utilisateurs, les sites web doivent aujourd’hui être en mesure d’adapter leur contenu en temps réel, afin de se conformer aux réglementations et attentes locales. Pour ce faire, il faudra hyper-localiser le contenu B2C en fonction des coutumes et termes locaux et les sites B2B devront s’adapter aux jargons commerciaux et industriels propres à la région concernée.  


Cette responsivité, prenant en compte toute la dimension culturelle du visiteur, est la prochaine étape du contenu dit « intelligent ».




4.    La localisation durable et responsable


Aujourd’hui et demain plus encore, les organisations qui développent des actions en matière de responsabilité sociale des entreprises (RSE) ou de diversité, d’équité et d’inclusion (DEI), doivent s’adapter aux différents marchés sur lesquelles elles sont présentes en répondant aux attentes et préoccupations des populations locales.


Pour ce faire, les entreprises doivent intégrer cette dimension RSE dans la gestion de leurs services linguistiques de manière proactive, en posant des questions sur les pratiques d’emploi et les engagements environnementaux de leurs prestataires linguistiques et en leur demandant de se conformer à leur politique RSE. Ils en découlent que les entreprises doivent bien évidement être attentives à leur propre politique d'emploi et de bien-être au travail afin de garantir un bon épanouissement et équilibre professionnel et personnel dans le domaine des services linguistiques.  


5.    Des contenus fiables et authentiques


Avec la montée en puissance des médiaux sociaux comme source d’information majeure et la perte d’objectivité de certains organismes de presse, la véracité systématique des données et contenus ont disparu. Ce problème est amplifié par les systèmes de langage et d’image alimentés par l’IA, tel que Lensa, Galactica et DALL-E de Meta, qui augmentent l’incertitude quant à l’authenticité des contenus. Il est plus difficile de savoir à quoi et à qui se fier. La traduction automatique permet également de convertir facilement les fake news, les discours haineux et les contenus répréhensibles dans des centaines langues.  


Cette situation a donné lieu à des débats sur la fiabilité des informations et sur la manière dont les propriétaires de contenu, les équipes de localisation, les prestataires de services linguistiques et les fournisseurs indépendants de technologies linguistiques doivent réagir.  
Les entreprises doivent donc assumer la responsabilité de ce qu'elles publient, être conscient de cette problématique et s’efforcer d'éliminer les faux contenus, trompeurs ou répréhensibles. Elles doivent également mettre en place des processus qui garantissent que leur contenu est factuel et exact et qu'il provient de sources correctes et éthiques, où qu'il apparaisse et dans n'importe quelle langue. Certaines organisations peuvent également être amenées à restreindre l'utilisation de la traduction automatique en réponse aux réglementations gouvernementales afin de garantir l'exactitude et la pertinence.
 


Vous connaissez désormais toutes les tendances à intégrer dès maintenant dans votre stratégie de contenus multilingues. Nos équipes seront ravies de vous accompagner dans leur mise en place pour booster efficacement et rapidement votre croissance à l’internationale.
N’hésitez pas à nous contacter.

Retour au blog principal